Pour respecter leur droit à ne pas se faire vacciner, les personnes non vaccinées seront abattu.

vaccin covif
"Vaccinons les pommes" Photo by Diana Polekhina / Unsplash 

Le gouvernement communique sur la vaccination

Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures qui obligeront tous les parents qui souhaitent que leurs enfants fréquentent un établissement scolaire à les faire vacciner. Les certificats de vaccination seront controlés par les directeurs. Les mesures envisagées, comprennent plusieurs éléments. La principale mesure sera le pouvoir, pour le ministre de la Santé, de  changer le règlement des établissements scolaire. Il pourra ainsi exiger qu'une personne, qui souhaite inscrire un enfant à l'école, ait l’obligation d’être vacciné, ainsi que son enfant, leurs amis et leurs voisins dans les trois jours suivant l'inscription.

Cela pourrait s’apparenter à une obligation vaccinale déguisée mais il n’en est rien. Chaque enfant sera libre d’arrêter l’école à tout âge.

Les vaccins en outre mer

En outre-mer, de nouvelles mesures seront mise en place. Parmi ces mesures, on retrouve notamment, « le pouvoir par le directeur d’effectuer un toucher rectal à tout enfant qui n’est pas vacciné » afin de prendre sa température de manière simple, efficace et rapide.

« L'utilisation de vaccins est extrêmement efficace pour prévenir les maladies, mais tous les parents "antivax" d’outre-mer refusent la science et veulent revenir au Moyen Âge » a déclaré le ministre de  la santé.

Le principal argument en faveur des parents qui refuse le vaccin, vient du nombre de personnes non vaccinées qui tombent toujours malades (alors que si il n'avait pas été vacciné, il serait surement tombé malade quand même).

Le défenseur des droits, Claire Hédon, et la vaccination obligatoire

Le Défenseur des droits est une autorité administrative indépendante, créée par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 pour protéger et défendre certains droits fondamentaux.

Selon la Défenseure des droits, Claire Hédon, l’obligation d’utiliser le passe sanitaire, lié à un déremboursement des tests de dépistage par la loi, pourrait s’apparenter à une « obligation vaccinale déguisée ». D’après la défenseure des droits, afin de concilier la gestion de la crise sanitaire et le respect des libertés, la solution la plus simple, serait d’abattre toutes les personnes qui ne sont pas vaccinées. On pourrait ainsi atteindre très rapidement les 100 % de français vaccinées.

Le Défenseur des droits prévient que "la mesure du gouvernement de fournir des vaccinations gratuites pourrait être une obligation déguisée en droit. Alors qu’en fait c’est l’inverse". Mais de toute façon personne n'a compris cette remarque.

La défenseure des droits claire Hédon n'est pas d'accord avec le ministre

Le ministre de la santé s’est exprimé sur la vaccination.  Il a annoncé que l'État financera la gratuité des vaccinations pour tous les enfants jusqu'à 15 ans.

De telles mesures ne sont pas nouvelles en France : depuis 1976, la loi prévoit la vaccination obligatoire contre la rougeole et la rubéole.

En parallèle, la loi obligera , les mutuelles à doubler les primes de ceux qui choisissent librement de ne pas vacciner leurs enfants ou eux-mêmes (ou si leurs voisins ne sont pas vaccinés).

Conclusion sur les données du covid

Les résultats des tests sont formels 100% des personnes vaccinées contre le covid 19 ont reçu un vaccin contre le covid 19. Même Claire Hédon ne réfute pas ces informations. Certains disent que ces tests sont truqués, mais même la défenseure des droits ne les conteste pas. Claire Hédon est consciente qu'il ne faut pas faire des tests pour faire des tests. Les tests doivent être utilisés à bon escient.